Lecteur mp3

~ La musique du moment ~
Led Zeppelin - The Rain Song
Cliquez pour lancer le lecteur !

samedi 31 décembre 2011

Mon pèlerinage otaku (Hikaru no go)

Bien le bonjour mes amis ! 

Il me semble que je ne vous ai pas encore raconté mon pèlerinage otaku à Nagoya. C'est là que vous allez me dire, "mais quel genre de pèlerinage otaku tu peux bien faire à Nagoya ? Y'a rien, là-bas !" Et vous n'aurez pas totalement tort, j'en conviens. Mais toutefois, en cherchant bien, on peut découvrir de quoi ravir son âme hystérique de fan. 

C'est ainsi qu'un beau jour, alors que je venais d'acheter la vingtaine de tomes que comporte ma série préférée Hikaru no Go et que je les savourais tranquillement dans mon lit, surprise ! Sous mes yeux, voilà Akira Toya, l'un des personnages principaux, qui au cours du tome 14, débarque tranquillement à Nihon Ki-in de Nagoya pour jouer au go.

Comment ? Vous ne savez pas ce que c'est que le go ? Mais si mais si, vous savez, c'est ce jeu millénaire, d'abord apparu en Chine, puis transporté au Japon, où il s'est si bien développé qu'il en devenu japonais, où vous posez des pierres blanches et noires sur un plateau appelé goban. 

Un goban
 
La règle du jeu est simple : ces pierres que vous posez ont le pouvoir de tuer celles de l'adversaire, et elles vous donnent un territoire ; celui qui a le plus de territoire a gagné. La mise en œuvre de cette règle est par contre extraordinairement compliquée, mais très intéressante. 

Hikaru no Go, c'est donc un manga à propos du go. On pourrait se dire, mais ça va pas être un peu super chiant, ton truc ? Un manga à propos de ce jeu de vieux croûton ? Eh bien détrompez-vous, mes amis, car les deux auteurs, la scénariste Yumi Hotta et le dessinateur Takeshi Obata, savent rendre le tout très intéressant. 

Sai à gauche et Hikaru à droite
 Hikaru (le héros) découvre le go au moment où un fantôme millénaire du nom de Sai, maître de go à la cour de l'empereur lors de l'époque Heian, vient trouver refuge dans son esprit et le pousse à s'intéresser petit à petit au jeu. On apprend donc en même temps que Hikaru les rudiments et les subtilités, tandis qu'il évolue petit à petit. 

Son évolution est en partie due à un rival qui apparaît subitement sur son chemin, du nom d'Akira Toya : un petit génie du go qui joue avec acharnement depuis ses deux ans, et qui, à onze ans, est déjà sur le point de passer pro. Il rencontre Hikaru par hasard dans un club de go, joue une partie contre lui (ou plutôt, contre Sai, qui se cache à l'intérieur de Hikaru), se fait totalement laminer, et ne le supporte pas lorsqu'il apprend que Hikaru, techniquement, n'avait encore jamais joué au go. Bien décidé à trouver la réponse au mystère (parce que non, quand on est débutant, même avec un coup de bol cosmique, ce n'est PAS possible de battre quelqu'un presque sur le point de passer pro), il se met à poursuivre Hikaru comme son ombre, et le pousse par là-même à jouer de plus en plus. 

Akira et Hikaru
C'est donc ce Toya là qui débarque dans le tome 14 à la Nihon Ki-in, soit l'institut de go où tous les pros de la région de Nagoya exercent leur fonction (eh oui, ils sont payés toute la journée pour jouer au go, ces chanceux). L'histoire prenant place à Tôkyô, toute la tripotée de personnages que comporte ce manga évolue donc d'habitude autour de la Nihon Ki-in de Tôkyô, du Mc Do du coin, etc. Mais il arrive parfois que les joueurs pro soient obligés d'aller disputer des parties à l'extérieur, et voilà donc notre Akira qui s'en va jouer une partie à Nagoya - ville probablement choisie parce que Yumi Hotta, scénariste, habite également à Nagoya. C'est d'ailleurs assez marrant de constater qu'elle donne parfois des noms à ses personnages en fonction des arrêts de métro, par exemple Kamimaezu ou Gokiso (même si les kanjis changent pour ce dernier, mais bref). 



Par conséquent, en découvrant cette charmante coïncidence dans le tome 14 ("Akira à Nagoya ! Moi à Nagoya ! Moi vouloir suivre les traces d'Akira!"), par un bel après-midi ensoleillé, avec une ami qui aime le go autant que moi, nous nous sommes donc aventurés vers la Nihon Ki-in, en découvrant avec bonheur que l'endroit où elle se trouvait était couvert par notre ticket de train et qu'on avait même pas besoin de payer. 

Arrivée là-bas : quelle énorme sensation d'excitation qui nous prend lorsqu'on arrive devant le bâtiment, et qu'on découvre que les décors sont exactement pareils que dans le manga, jusqu'au poteau électrique, jusqu'aux rayures du plafond, et à la route surélevée qui passe à côté...


Et voilà comment on reproduit un manga ! Ah, c'est l'inverse ?

Le cœur battant, le souffle court, on entre donc dans ce saint des saints, où on prend les escaliers pour s'aventurer au premier étage (enfin, le deuxième étage japonais, mais le premier étage français), et où le bruit de conversations et de pierres de go s'entrechoquant commence à nous terrifier. 

Nous voilà arrivées à l'accueil, exactement là où se tient Akira dans mon tome 14 au moment où il parle de son père au standardiste, ah, quelle émotion ! 

J'ai posé les pieds sur le même tapis qu'Akira Tôya !! *o*
La réceptionniste nous demande si on veut participer au tournoi qui a lieu pile ce jour, et nous "ah non !! On vient à peine de commencer le go ! On veut juste un endroit pour jouer..." Et après nous avoir fait payer 800 yens (soit 8 euros, un peu chérot, mais bon, Nihon Ki-in!), elle nous indique d'abord une première salle, où ma mâchoire manque de tomber par terre quand je découvre que des goban (plateaux de go) sont installés au fond de la pièce pour qu'une personne (probablement pro) joue en simultané avec quatre adversaires, exactement comme dans mon manga ! 

Mais à cause de ça, on nous demande bientôt de changer de salle, et on se retrouve donc à partager la salle du tournoi avec des joueurs jusqu'à 9 dan (soit le plus haut grade au go). C'était assez amusant (et terrifiant) de constater le niveau terrible de la table d'à côté et notre niveau pitoyable à nous... Le plus difficile étant d'essayer de cacher le goban chaque fois que quelqu'un s'approchait, de ne pas y réussir, et de nous entendre marmonner des conseils par des vieux messieurs bourrés de bonnes intentions, mais qui mâchaient horriblement leurs mots, qui parlaient avec du vocabulaire spécifique et derrière un masque à rhume en plus de ça - impossible de comprendre, alors on faisait juste oui oui avec la tête d'un air un peu perdu... 

Bref, on a passé les trois heures suivantes à disputer une partie, avec moi qui me baladais un peu dans la Nihon Ki-in pendant que mon adversaire réfléchissait, et qui découvrais des lieux comme par exemple l'entrée de la pièce où Akira joue sa partie, dans le style japonais, qui était malheureusement fermée, et qui est principalement la raison pour laquelle il faut que j'y retourne...

C'était la porte de gauche qui était fermée T_T
Lorsqu'on est sorties de la Ki-in, il faisait déjà nuit dehors (pas dur en même temps, par ici), et on avait vraiment l'impression d'avoir vécu quelque chose d'extraordinaire. Tout était exactement pareil ! Alors qu'est-ce que ça sera quand on visitera la Nihon Ki-in de Tôkyô, là où non seulement Akira, mais Hikaru, Waya, Isumi, Ogata, Toya Meijin, tous mes héros se réunissent tous ! Qu'est-ce que ça sera de voir l'arrêt de métro où Hikaru débarque tous les jours pour aller jouer ! Je ne vous raconte pas à quel point j'ai hâte. 

Bref voilà, c'était une journée excellente, bourrée d'intense excitation - voilà le genre de tourisme que j'adore !

Je vous laisse mes amis, et je vous souhaite une bonne année ! 

A la prochaine !

5 commentaires:

  1. "Et puis t'habiteras à Lille en plus non ? ;)"
    On croise les doigts :)

    Mon goban t'attends mouhahahahha (mouais enfin mon niveau n'est pas terrible mais c'est pas grave)

    RépondreSupprimer
  2. Nooon, tu joues au go, toi ? :o T'as même un goban ? Mais ça sera avec plaisir, quand je rentrerai ! Je suis super nulle aussi de toute façon, ça sera marrant ;)

    RépondreSupprimer
  3. Si tu passes par Tokyo, fais moi signe, j'ai aussi un goban (et surtout l'envie de te rencontrer ^^)

    RépondreSupprimer
  4. Ah !! C'est vrai ? Parce qu'en fait avec l'amie en question on compte aller deux trois jours sur Tôkyô dans les quinze jours à venir en fait (probablement vers le 10 ou 12 janvier), alors si t'es disponible, ça serait l'occasion idéale ! :D Faut qu'on échange nos numéros de portable ! ;)

    (Mais j'aime pas trop l'idée de les balancer sur un blog, alors me permets-tu de t'ajouter sur FB via Sweet et de t'envoyer un mp ? ^^)

    RépondreSupprimer
  5. AAAAAAAHHHHH Hikaruuuuuuu Saiiiiiiiii *fangirl*

    Hum, quelle émotion ça devait être pour toi.... Ça l'était pour moi en te lisant, alors être sur place.... Aaah je veux y aller aussi ! Marcher dans les pas de nos héros.... <3

    C'est génial, merci pour ce moment de fangirlisme *.*

    RépondreSupprimer