Lecteur mp3

~ La musique du moment ~
Led Zeppelin - The Rain Song
Cliquez pour lancer le lecteur !

jeudi 20 octobre 2011

Ma nouvelle carte Manaca

Bien le bonjour mes chers amis ! Je sais que vous vous languissiez de ne pas avoir d'articles, mais enfin, se lever, prendre le train une heure et demi, aller à l'université, avoir cours, prendre le train une heure et demi, rentrer chez soi, glander sur le pc et faire dodo, ça n'a rien de franchement passionnant. Et comme jusqu'ici, je n'avais pas de carte de train, mon côté radin m'interdisait d'aller dépenser 400 yens dans les transports pour faire du tourisme, en me disant non sans logique : "quand t'auras ta carte, tu pourras y aller gratos !". J'ai donc écouté cette petite voix, et j'ai passé mes jours de repos à l'image de mes soirées, c'est à dire à glander sur le pc. 

Mais tout ça, ça va changer, mes braves ! Car j'ai l'honneur de vous annoncer que je me suis enfin acheté un abonnement de train ! Tous mes amis me disaient "mais pourquoi t'achètes pas d'abonnement de train, ça te coûte la peau des fesses ce que tu fais là, de prendre des tickets tous les jours." Ce à quoi je répondais : "ben je sais, mais maintenant on est déjà mi-octobre, j'ai plus qu'à attendre début novembre pour l'acheter". Ah, mes amis ! La cruelle naïveté de la française débarquée au Japon !

Parce qu'ici, NON, vous n'avez pas besoin d'attendre le début du mois pour acheter votre abonnement de train mensuel. A Lille, si vous ne l'achetiez pas dans les trois premiers jours de la première semaine, vous vous faisiez avoir, mais ici, c'est moi qui me faisais avoir. Ma carte de train faite hier va donc du 19 au 18 du mois prochain, à renouveler chaque 18 du mois. Ah, l'eussé-je su plus tôt, je ne me serais point pris la tête à acheter chaque des tickets ultra-chers. (C'est marrant, le correcteur orthographe reconnaît "ultra-cher" mais pas "eussé-je"... la langue se perd...)

Bref, ce que j'en disais.

Ma nouvelle carte de train pour les lignes intra-muros
Je vous présente donc ma carte Manaca, qui ne me sert que pour les lignes de train à l'intérieur de Nagoya, et pas celle qui mène à la fac, la Linimo (donc encore un abonnement à acheter), et que ne me sert que pour le trajet désigné. Mais comme j'ai une copine allemande qui est maligne et qui m'a dit "demande pas le trajet normal, pour le même prix tu peux passer par Nagoya Eki et prendre la ligne rouge jusque Imaike, t'auras plus d'arrêts pour t'arrêter si tu veux visiter !" j'ai suivi son conseil, et j'ai demandé ça, ce qui fait que je ne peux pas m'arrêter sur deux arrêts de la ligne Higashiyama, mais en revanche je peux m'arrêter à beaucoup plus d'arrêts entre Sakae et Imaike si j'emprunte la ligne rouge (dont je ne sais pas encore lire le nom en kanji, probablement un truc genre Sakuradôri... Check : c'est effectivement Sakuradôri.) Bref, je sais que j'explique trop mal et que vous n'avez rien compris, retenez juste le fait que j'ai fait une bonne affaire là-dedans.

Mais il faut quand même que je vous raconte mon périple pour obtenir cette carte de train ! Enfin, périple est un bien grand mot, mais enfin au Japon, tout peut devenir un peu compliqué à partir du moment où vous ne connaissez pas le vocabulaire spécifique. Mais enfin, j'ai passé l'étape du train, reste celle de la banque, la plus compliquée, celle que je redoute... Enfin, je vous raconterai comment ça se sera passé une fois que j'y serai allée (probablement demain matin, mais bon, j'avais déjà dit que j'irais hier et aujourd'hui et finalement c'était pas le cas).

Bref, mon voyage initiatique du train donc. Pleine d'espoir, je me déplace jusqu'à mon arrêt, Minato Kuyakusho, et je m'approche du guichet, où il n'y a personne (parce que dans cette gare il n'y a jamais personne), et j'explique au contrôleur que je veux une carte Manaca et que c'est la première fois que j'en fais une. Il me dit "ah, mais ici c'est une des gares où vous ne pouvez pas la faire, il faut aller soit à Tôkai-dôri, soit à Kanayama, ou bien Sakae..." et il me donne un prospectus où je vois qu'en réalité, Minato Kuyakusho fait effectivement partie de la dizaine de gares où vous ne pouvez pas faire votre carte.

Mais qu'importe ! Mon courage ne flanche pas. J'achète donc un billet pour Tôkai-dôri, l'arrêt voisin, le moins cher (200 yens quand même, si j'avais connu le chemin j'y serais allée à pied...) et je sors donc à Tôkai-dôri, première fois que je mets les pieds dans la station de métro, le vide intersidéral, pas un chat. Bref, je sors par l'exit nord, et je refais tout le chemin jusque l'exit sud (soit un très long chemin), pour apprendre de la bouche d'un gentil employé que le bureau est en fait de l'autre côté, soit à l'exit nord. Ah, si j'avais des yeux pour regarder, j'aurais peut-être vu en remontant les escaliers cette pièce éclairée avec le mot "Office" sur la porte. Mais comme je suis plus distraite que mes pieds, évidemment, je n'ai rien vu.
Je remonte donc tout le couloir pour arriver jusqu'à ce bureau, vide à part deux employés qui se désespèrent de n'avoir pas de boulot. Haut les cœurs, les gars ! Sana à la rescousse ! 

L'un d'eux s'approche de moi, je lui explique donc que je veux faire une carte de train. Quelque part, mon vocabulaire doit être limite, parce qu'il me demande quelle carte de train, alors je me retrouve à lui montrer sur le papier la carte que je veux, et il fait "ooooh !" et il me prend des formulaires à remplir - que je remplis non sans mal. Parce qu'il faut savoir que quand vous écrivez 17-02-1989 à votre façon, c'est à dire avec une petite barre oblique en haut du 1, une barre qui traverse le 7, et un 9 à la courbe arrondie, les japonais, ils comprennent pas. J'ai dû refaire un formulaire avec un 1 sans barre, un 7 sans barre et un neuf avec une barre oblique au lieu d'une courbe. Parlez-moi d'une prise de tête ! Mais le pauvre avait l'air totalement perdu avec mes chiffres. 

Il me demande donc ma carte d'étudiant, et j'ai même eu droit à un "bijin desu !" (soit "elle est belle !" - AH, je le savais que les cheveux raides ça faisait toujours plus d'effet !) et aussi à des dizaines de "aaa, nihongo ga joozu desune!" (soit "vous parlez super bien japonais!") mais bon, c'est un japonais, alors je n'accorde pas trop de crédit à ses compliments. Rien que pour la journée d'hier, où je suis allée à une fête et où j'ai rencontré des gens, j'ai entendu au moins une cinquantaine de fois "aa, joozu desune!" alors que je bafouillais et galérais pour expliquer pourquoi mon repas préféré était l'okonomiyaki et en quoi les poireaux du Japon étaient différents de ceux de la France. 

Bref, je digresse. Revenons au sujet. Je suis une gaijin, donc l'homme, tout naturellement, me dit "vous savez, je suis allé visiter le Grand Canyon !". Ah mais c'est super cool ! C'est absolument pas mon pays, mais je suis contente pour toi, mon vieux. Enfin, je me moque mais c'est mignon, cette façon qu'ont les japonais de dire qu'ils sont allés visiter un pays étranger en espérant que ça fasse vibrer une corde en vous, alors que le pays dont ils parlent vous est tout aussi étranger. Quelque part, ils doivent s'imaginer que si vous êtes une gaijin, vous avez visité le monde entier... 

Bon, puis l'homme me dit "mais vous n'êtes pas américaine, n'est-ce pas ?". Oooh, bien joué ! Effectivement, c'est dur à croire, mais il existe d'autres personnes que les américains, en dehors des japonais ! (Mais bon, ici, quand vous êtes gaijin, vous êtes américain... Tout le monde le pense, en tout cas.) Et je lui réponds "ben non, je suis française". Ah, mes amis. Soyez français au Japon. Chaque fois, je reçois la même réaction : "oooooooooh vous êtes françaiiiiiiiiiiiiise !!! C'est géniaaaaaaaal !!" Ouais, bizarrement, être français, c'est super bien vu, par ici. J'en ai eu des "kakkoiiiiiii" (= géniaaaal) éperdus d'admiration ! Mais bon, pour ça il faut qu'ils surmontent assez leur peur de l'étranger pour vous demander d'où vous venez, et en général, c'est pas gagné !

Bref, forte de mon origine française, je lui tends le formulaire, et il me tend ma carte, en m'expliquant qu'il faut la passer sur le détecteur pour que ça fasse "bip bip" et que je puisse passer. En vérité, au Japon, c'est super simple de frauder ; il y a des barrières, certes, mais pas infranchissables, et il y a un espace pour passer à côté. Sauf que pile devant les contrôles, il y a un bureau avec un contrôleur, qui dit "arigatô gozaimashita" à chaque client qui passe, et que c'est un peu dur de frauder quand un type vous regarde. Dommage. Se prendre des amendes par un contrôleur toutes les semaines aurait peut-être été plus rentable que de payer le train tous les jours.

Quoi qu'il en soit, comme il ne sera pas dit que je comprendrais tout du premier coup, me voilà bien embarrassée : je suis dans la station, donc après les contrôles, et j'ai ma toute nouvelle carte qui n'est pas passée par la machine, mais un métro à prendre tout de même, ce qui donc me posera certainement des problèmes quand je ressortirai à la station Kamimaezu. Heureusement, l'employé, qui décidément était vraiment adorablement gentil, sort de son bureau pour m'expliquer comment m'y prendre : donc ressortir par le côté sans barrière et repasser avec ma carte validée, cette fois. Ouf, c'est bon ! 

Je peux donc prendre mon train pour aller changer à Kamimaezu et me diriger vers Ôsu Kannon, qui était à la base le titre de mon article, mais comme je me suis tellement étendue sur la fabrication de ma carte, ma visite du quartier d'Ôsu (le Akihabara de Nagoya) et du temple Ôsu Kannon, ça sera pour la fois prochaine. 

Voilà, je vous quitte pour l'instant, les amis, je m'en vais utiliser ma nouvelle carte pour aller faire un tour du côté de Nagoya Eki (et gratuitemeeeeent, grâce à ma petite ruse !) pour prendre en photo les deux tours immenses qui surplombent la gare et trouver accessoirement un magasin qui vend des dictionnaires électroniques - eh oui, même un après-midi entier passé à Ôsu ne m'a pas permis de trouver mon bonheur en dictionnaire électronique... Mais enfin, je l'ai trouvé ailleurs, et je vous raconterai ça en détail dans le prochain post !

A bientôt mes gens !

6 commentaires:

  1. Un nouvel article \o/.
    Haha, comme si ça t'avait embêté de glander le PC XD. mais je comprends ! Et c'est bien que tu puisses enfin profiter du pays !

    Effectivement, j'ai rien compris à toutes les lignes de trains mais c'est bien XD.

    Oh la geek/otaku/fujoshi que tu es a dû être ravie de pouvoir assouvir sa passion ^^. Tu nous raconteras ça une autre fois :). Et maintenant que tu peux te balader, tu pourras visiter plein de monuments, de temples toussa toussa et nous faire plein de photos \o/.

    Merci pour les news !
    A bientôt
    Bisous !

    RépondreSupprimer
  2. C'est marrant: quand je lis cet article, je t'imagine dans une gare déserte avec deux employés japonais: tu es bien à Nagoya, n'est-ce pas: 4ème plus grande ville du Japon avec ses 9 millions d'habitants ????
    en tout cas: sympas, les employés japonais...je me demande si à Lille, leurs collègues français sortent de leurs bureaux pour aider les clients en difficulté!!!si,si sûrement!!!!!
    Tu peux à présent visiter Nagoya, on attend les photos( des rigolotes si possible) et tes commentaires!
    Mamounette

    RépondreSupprimer
  3. Cyril : Ouais j'étais contente haha, t'imagines même pas. XD Je prendrai des photos ouais !

    Maman : oui oui, la gare était déserte, et y'avait que les deux employés japonais XD Faut savoir qu'en même temps c'était la gare d'une ligne qui dessert le quartier du port, et c'est un peu excentré, et au bout de la ligne, donc on y trouve peu de gens en général, même en période de pointe y'a souvent des places pour s'asseoir dans le train.

    Pour les photos rigolotes, déjà que les photos normales c'est pas ma tasse de thé, faut pas trop m'en demander ! XD

    RépondreSupprimer
  4. j'adore!
    Mais pourquoi passer si vite sur la fête à laquelle tu es allée??? Enfin, ma Loute, c'est ça, les potins, et pas le pourquoi du comment de ta carte de train...
    Tu as rencontré beaucoup de gens à cette fête? Tu as usé de ton charme français sur quelqu'un d'autre que sur un contrôleur??
    Rhalala, incorrigible Laurie. Je SAVAIS que j'aurais dû venir avec toi. ^.^
    En tout cas, ça manque de photos!!!
    Hachi.

    RépondreSupprimer
  5. Ma poule, je gardais la fête pour un autre article XD Si vous voulez des articles tous les jours, faut bien que je dose un peu moins chaque article ! Et puis si j'en avais parlé en détails ça n'aurait plus collé avec le titre, ça aurait été le foutoir et tout... Dans un prochain article donc XD

    Sinon pour les photos ouais, mais j'suis nulle pour ça XD (et puis surtout j'ai la flemme de réduire celles que j'ai prises...)

    RépondreSupprimer
  6. Ah ah, marrant mais en te lisant j'ai l'impression d'avoir subi le même calvaire l'autre jour, pour une carte à Grenoble. Pas la carte standard qui te permet de circuler que dans le centre ville mais l'autre, avec un abonnement super cher, qui me permettait d'aller au boulot tranquillement (un peu excentré de Grenoble, dans la ville voisine).
    On aurait dit un parcours du combattant. Je me suis pourtant renseignée sur le site sur ce qu'il fallait prendre et sur le prix, en ayant déjà préparé mon chèque pour gagner un maximum de temps à cette saleté d'agence où tu es obligée d'aller parce que tu peux pas recharger sur une borne comme l'autre carte plus simple.

    Premier truc qu'elle me dit : "ah mais le site est pas à jour depuis deux ans donc ça pas besoin, ça c'est plus cher et ... ah, vous avez pas ça ?"
    Fuck, quoi. A quoi sert un site si personne prend deux minutes pour le mettre à jour ? T.T Du coup je suis rentrée chez moi avant de revenir, le truc qui m'a pris deux heures, coûté dix euros supplémentaires (sigh T.T) et qui m'a plombé ma journée.

    Bref, tout ça pour te raconter ma vie alors que je suis supposée commenter la tienne. Bravo pour ton acquisition de carte \o/ En espérant que ça te permettra de faire plein de jolies découvertes *.*

    RépondreSupprimer